Bienvenue sur le blog du Jardin de Bésignoles. Vous trouverez dans les messages suivants l'actualité et l'évolution du jardin au fils des saisons.

En cliquant sur les images en vignettes de la colonne de gauche, vous pourrez accéder à différentes informations sur le jardin, notamment pour prendre rendez vous afin de visiter le jardin
.


29.11.16

Dernières préparations de yuzu, en confiture, vin apéritif, et limoncello ( ou plutôt yuzucello)


Préparations des yuzu, en  vin apéritif, et limoncello ( ou plutôt yuzucello)

 préparations de yuzu, en confiture,
Pépins de yuzu

 préparations de yuzu, en confiture,

Confiture de yuzu du jardin

Confiture de yuzu du jardin

Confiture de yuzu du jardin

20.11.16

Rayon de soleil du jour


Mahonia eurybracteata 'Sweet Winter'


Mahonia eurybracteata 'Sweet Winter'

Mahonia eurybracteata 'Sweet Winter' et Nandina domestica 'filamentosa'





19.11.16

Recolte des fruits de Yuzu

Une très belle récolte de yuzu cette année avec plus de 12kg qui seront préparés en confiture, vin apéritif et autres préparations pour les partager avec plaisir avec les amis et visiteurs du jardin.





Récolte 2016 des fruits de Yuzu


Récolte 2016 des fruits de Yuzu


Récolte 2016 des fruits de Yuzu

14.11.16

Sur les traces de Georges Couderc

Cet automne, nous avons commencé, les récoltes d'agrumes au jardin, yuzus , manadrines satsuma (Citrus unshiu),, kumkat, et pour l'esthetique uniquement les petits fruits de Poncirus trifoliata "Flying dragon". Tous sont cultivés en pleine terre au jardin et résistent à nos hivers Privadois mais sont très rarement cultivés dans les jardins de la région.

Citrus junos au jardin

Il y a déjà quelques années j'avais fait des recherches sur la culture des agrumes résistants au froid et j’étais tombé sur les expérimentations Ardéchoises de Georges Couderc. Il y a 100 ans, cet ingénieur agronome, faisait des recherches à Aubenas, à une trentaine de km de notre jardin sur la culture des agrumes rustiques:

Voici quelques éléments extraits de différents ouvrages, très  intéressant que j'avais pu retrouver sur ses recherches à quelques km d'ici.



Georges COUDERC
1850-1928



Son père passionné de nature, achète une partie de la colline de Champfleuri au sud de la ville d’Aubenas (quartier de la Pailhouse), où  il y consacra ses loisirs à l'horticulture et à l'arboriculture, en particulier à l'hybridation des Rosiers.

Georges Couderc fait de solides études lorsque le phylloxéra commence à attaquer le vignoble français.

En 1876, il fait ses premières recherches en s’installant sur le domaine familial de Champfleuri. Il eut l'idée de transformer ses propriétés en champs d'expériences antiphylloxériques. Il y rassembla une multitude de vignes européennes, américaines et asiatiques, créant ainsi une des plus belles collections du monde; il obtint des séries remarquables de porte-greffes dont la résistance au phyloxéra est indéniable et qui sauva du désastre la viticulture française. Il fut ainsi le principal artisan de la transformation du vignoble français, le créateur des hybrides porte-greffes actuellement les plus employés, non seulement en France, mais dans presque toute l'Europe.

Les vignes hybrides de Couderc sont connues dans le monde entier, mais peu de personnes savent que le même sélectionneur a aussi consacré une partie de son temps,  35 ans, à acclimater dans son jardin d'Aubenas, des orangers et des agrumes résistants au froid (dont certains résisteront au terrible hiver 1928-1929 avec -17°), et pouvant être cultivés en pleine terre à la limite du climat de l'olivier.

Son jardin situé à 200 m. d'altitude, au pied des Cévennes, sur un sol légèrement  calcaire, de 5 ha, exposé au sud, en pente douce depuis la maison d'habitation dont les murs sont garnis de grands végétaux exotiques et notamment d'orangers et de mandariniers, jusqu'à la gare d'Aubenas.
Des serres servent aux semis, à la reprise des boutures et des greffes, à la culture des arbres fruitiers exotiques (Chérimoliers, Bananiers et Ananas …) auxquels M. Gouderc consacre ses loisirs.
Dans le jardin proprement dit, des arbres fruitiers de toutes sortes voisinent dans un remarquable désordre : Poiriers, Pruniers, Pommiers, Pêchers, Oliviers, Agrumes, Kakis, Châtaigniers, Noyers, vivent ainsi les uns près des autres.

Vers 1910, son attention ayant été attirée sur la résistance au froid d'un mandarinier de semis qui, depuis 1890, avait supporté sans abri les froids les plus rigoureux, il rassembla dans son jardin une foule d'espèces et de variétés d'agrumes de tous les points du globe et leur appliquant les méthodes de sélection et d'hybridation qui, trente ans auparavant lui avaient si bien réussi pour la vigne, il obtint toute une série d'orangers et de citronniers produisant des fruits de bonne qualité et résistant pratiquement aux intempéries de l'hiver. De plus, il constata que le greffage sur Poncirus trifoliata augmentait de plusieurs degrés la résistance au froid et accroissait aussi la production de fleurs, constatations d'un intérêt économique considérable pour le sud est de la France où la culture de l'Oranger pour la fleur se fait sur de vastes surfaces.

« A la date du 2 décembre 1921, pendant une période de fortes gelées, nous avons reçu au Laboratoire d'Agronomie coloniale, expédiées par M. G. Couderc, d'Aubenas (Ardèche), des fruits d'Aurantiacée encore adhérents à leurs rameaux feuilles et en parfait état. Ces fruits ayant l'aspect de mandarines ou de petites oranges furent présentés à la séance de la Société d'Acclimatation du 8 décembre; dégustés ils furent trouvés excellents par tous les assistants, comparables aux meilleures mandarines vendues à Paris.

Nous avons examiné les fruits et les rameaux qui les accompagnaient et d'après cette étude et l'expérience que nous avons des agrumes des pays tropicaux nous pensons que l’unshu est un hybride de mandarinier et d'oranger. Ce qui fait l'intérêt de l'Unshu, c'est sa résistance extraordinaire au froid. D'après les renseignements reçus du Japon, l'Unshu est cultivé dans la région montagneuse, et les arbustes bas, étalés, passent trois mois sous la neige; ils sont simplement couverts de bambous et de feuilles. L’Unshu est très voisin du Satsuma qui est une variété plus sélectionnée et de meilleur aspect. L'Unshu et le Satsuma ne prospèrent que greffés sur poncirus »

M. Couderc signale que ses orangers cultivés dans sa propriété d'Aubenas greffés sur poncirus,  ont supporté -8°C, de froid sur l'arbre en 1921; en 1920 ils avaient supporté -12°et en 1915, -14°. A cette température les oranges avaient gelé ; mais les orangers n'avaient pas souffert.

Les expériences de M. Couderc ont montré que les différences individuelles, même pour le groupe spécial des orangers du Japon, en majorité très résistants, priment de beaucoup la résistance spécifique. La méthode pour obtenir des types résistants consiste donc à semer en pleine terre un grand nombre de pépins d'orangers, mandariniers et autres citrus. Dès que surviennent des gelées rigoureuses la plupart des sujets sont éliminés par le froid.
Une première sélection s'opère ainsi. Les sujets qui ont résisté sont ensuite greffés sur poncirus. Ils acquièrent ainsi un nouveau degré de résistance. M. Couderc estime que sur ce porte-greffe l'Agrume peut supporter un froid de 5° plus bas que s'il était franc de pied.

Les Agrumes originaires du Japon ont été plus particulièrement l'objet de ses expérience:

En premier lieu on doit citer l'espèce pure Citrus japonica  qui normalement a de très petits fruits ronds et sa variété Kum-Kat à fruits plus gros, pyriformes, et d'une résistance générale très élevée. Les fruits sont bons à manger, à peau douce et parfumée et à chair incolore, sucrée et acidulée. Ils sont très supérieurs « aux Chinois » pour la confiserie.

En second lieu c'est aux orangers du Japon dits Satsuma et Unschu que M. Couderc a donné toute son attention et avec lesquels il a obtenu des résultats très remarquables. Les fruits ont la forme aplatie aux pôles et la pelure non  adhérente à la pulpe comme dans les mandarines, mais un parfum très différent et spécial. La chair des fruits est douce, fondante, très parfumée, surtout dans le Unschu, mais le- parfum est très différent de celui des mandarines .
Les fruits gèlent entre -7° et -8° et les feuilles sont grillées vers -12°: mais les branches sont intactes jusqu'à -14°, température qui n'a pas été dépassée à Aubenas depuis le début des expériences.
Le Satsuma greffé sur poncirus reste toujours nain ; il est rare qu'il dépasse 1 m. 50 de hauteur, mais il est très fertile, il produit tous les ans : certaines branches sont littéralement chargées de fruits. Unschu paraît au contraire devoir devenir un grand arbre. Unschu et Satsuma mûrissent en décembre, mais leurs fruits peuvent être consommés encore tout verts, dès octobre pour les fruits les plus avancés. Ils ont alors une saveur plus acidulée mais sont très mangeables ainsi que nous l'avons constaté à Aubenas dès le 1er octobre 1922.
le problème de la culture pratique de l'oranger sous le climat de l'Olivier consiste à avoir des variétés précoces qui, comme Unshu et Satsuma puissent mûrir leurs fruits avant les grands froids de fin décembre et janvier.

Aucun citronnier soit des variétés cultivées, soit des nombreux semis faits par M. Couderc, n'est résistant au froid

Des graines de pamplemousses reçues de Shanghai, ont donné des pieds de semis qui paraissent tous d'une grande résistance au froid. Les Pamplemousses, à feuilles parfois comme trilobées, sont d'ailleurs cultivées en plein air à Changhaï, dont le climat n'est pas plus tempéré que celui d'Aubenas.

Quant aux Citranges et Limonanges (hybrides de poncirus et d'orangers et de citronniers), M. Couderc en cultive dans son jardin plusieurs formes qui résistent remarquablement aux gelées. Ils sont plus robustes que les Japonais greffés et même que le poncirus ; ils se couvrent chaque année de nombreux et beaux fruits, ayant chez certaines formes la dimension d'une orange ordinaire, mais suivant M. Couderc ce sont des fruits immangeables « le  Poncirus y apportant une amertume et un goût vireux insupportables, même dans les hybrides qui n'en contiennent qu'un quart de sang. »

Le semis des graines de poncirus en vue du greffage ne présente aucune difficulté ; il suffit de se rappeler seulement que les graines de toutes les agrumes perdent très vite leurs facultés germinatives dès qu'elles sèchent tant soit peu. Elles doivent donc être conservées, soit dans les fruits eux-mêmes, qu'on laisse se dessécher lentement, soit mises en stratification dans du sable maintenu humide dans un lieu froid, mais où il ne gèle pas. Le poncirus  resiste jusqu'à -25°. 

Poncirus trifoliata "Flying dragon" au jardin

Selon G. Couderc, le greffage des agrumes sur poncirus permettra d'étendre leur culture, du moins celle d'individus plus résistants au froid que la moyenne de chaque espèce, notamment les races japonaises dites Kum-Kat, Satsuma et Unshu à toute la zone de l'Olivier,

Sous le nom de Satsuma, il possède une forme améliorée d' Unshiu, fruit ayant l'apparence d'une Mandarine à chair très colorée, même quand la peau est encore verte, pas de graine. Le Satsuma même vert est très agréable consommé coupé en tranches, en salade, avec du sucre et du rhum.


 mandarine satsuma au jardin

mandarine satsuma au jardin

Un question demeure cependant : que reste il de ce jardin d'experimentation aujoud'hui?


13.11.16

Evolution des rocailles

Depuis les premiers aménagements en 2008, les rocailles n'ont cessé de s'agrandir au fils de années, cette année c'est un trentaine de m² de plus qui ont été défriché et replanté.